13/01/2008

01/2008-3 - Le décor de fond - partie 2

Je reviens sur la notion de coquille, car il me semble intéressant de mettre en évidence un de ses avantages et non des moindres, celui de permettre un accès aisé aux voies souterraines et au câblage par le dessous de la coquille.

Il existe une méthode classique qui consiste à empiler ici et là sur le panneau (la "planche" comme certains disent) supportant les voies divers matériaux pour créer du volume, et puis d'enduire celui-ci de plâtre ou d'un enduit quelconque. C'est une méthode expéditive utilisée par beaucoup de modélistes peu expérimentés ; elle ne pose aucun problème si ce volume ne recouvre pas des voies en tunnel ou des câbles. En effet, dans le cas contraire, on s'interdit l'accès à ces éléments ! Que faire alors en cas de déraillement dans un tunnel dont l'intérieur est inaccessible ? Il faut absolument éviter cela en abandonnant définitivement l'idée d'un réseau dont la base se compose d'un simple panneau, solution encore trop souvent adoptée par beaucoup. Il faut prendre la peine de créer au départ un châssis en bois formant un cadre ajouré qui va supporter l'ensemble des éléments du réseau, le plus souvent des panneaux supportant à diverses hauteurs des voies, routes ou autres constructions. Par la suite, on relie ces divers panneaux par une coquille généralement créée à l'aide de grillage mis en forme selon le relief recherché.

 

Relief coquille 1

Voici un exemple qui montre une structure faite de quelques lattes supportant une forme créée à l'aide de panneaux de polystyrène expansé (frigolite) découpés à façon. C'est fait intentionnellement de manière à obtenir une calotte amovible et permettre le passage du module à travers une porte (il s'agit ici d'un réseau modulaire destiné à être transporté). Si cette contrainte ne s'était pas présentée, l'auteur aurait pu créer la totalité de la coquille à l'aide de grillage comme celui utilisé sur la partie droite, un grillage soutenu par des lattes verticales (ici, une forme en frigolite joue ce rôle). Peu importe le moyen pourvu qu'on obtienne une coquille prête à recevoir l'enduit que l'on pourra sculpter, peindre et floquer ultérieurement en fonction de ce que l'on désire obtenir comme paysage.

Relief coquille 2
Le grillage a été recouvert de mousse de polyuréthane en bombe (produit d'isolation). Une fois que cette mousse a complètement terminé son expansion, il reste à la sculpter à l'aide d'un outil bien tranchant pour lui donner la forme voulue.

relief coquille 4

Voilà, la montagne sur laquelle trône le château-fort a été enduite de pâte de papier. Quelques rochers en plâtre moulé ont été inclus dans cette dernière. C'est prêt pour la peinture et le flocage.

 

Les commentaires sont fermés.