14/01/2008

01/2008-5 - Le décor de fond - partie 3

Je reviens à mon réseau.

Une fois le support créé à l'aide de grillage et de papier d'emballage, je le recouvre d'une couche de bandes plâtrées de ma confection. Bien que je puisse me procurer des rouleaux de bande plâtrée dans toute pharmacie (bandes servant à plâtrer des membres cassés) ou même dans les magasins de modélisme, je me sers personnellement de serviettes de table en papier (ou des feuilles de rouleaux d'essuie-tout en papier) que je trempe dans du plâtre plus ou moins liquide. Cette opération est destinée à créer une coquille dure en plâtre qui va servir de nouveau support à la mixture épaisse dont je la recouvrerai par la suite.

 

CC9
La première chose à faire est de préparer le plâtre. La consistance de celui-ci doit être celle d'une crème. On a le choix entre du plâtre de plafonneur (on dit plâtrier en France et gypseur en Suisse) à prise lente et du plâtre de Paris à prise plus rapide. Je préfère personnellement ce dernier mais alors le travail doit être expédié sans traîner !

 

CC10

Pendant que je poursuis la pose du grillage et du papier Kraft, Richard pose les serviettes plâtrées.

 

CC12 (Small)

Joseph nous suit en recouvrant le support plâtré de ma mixture. Il devra bientôt s'arrêter car les serviettes de plâtre posées par Richard ne sont pas encore sèches et dures. Sur la droite de la photo, on voit la pâte que j'ai posée auparavant et que j'ai déjà présculptée en attendant qu'elle devienne plus dure. A ce stade, il ne faut pas être pressé car la pâte de papier demande de nombreux jours pour sécher et durcir totalement.

 

La préparation de ma mixture.

Ingrédients :

 -Eau

- Pâte de papier

- Plâtre

- Colle blanche (éventuellement colle à tapisser)

- Sciure de bois (facultatif)

FPP1 (Small)

La base est constituée de cartons à oeufs. Ceux-ci facilitent le travail car ils sont composés de fibres de cellulose aisément dissociables. A défaut, on utilise du papier journal ou du carton d'emballage. L'inconvénient est que cela nécessite un trempage plus long dans de l'eau avant l'opération de broyage.

Ici, j'ai déjà broyé sommairement une certaine quantité de cartons à oeufs à l'aide d'un outil que j'ai bricolé. L'outil de broyage peut être un mélangeur à plâtre utilisé par les plafonneurs. On en trouve dans tout magasin d'articles pour bricoleurs.

Je n'essore pas pour retirer un maximum d'eau comme certains le préconisent puisque je compte ajouter du plâtre. Il faut le faire si l'on désire un mélange composé uniquement de pâte de papier additionné de colle. Cette pâte de papier pure convient aussi très bien pour le modelage du relief et beaucoup de modélistes s'en tiennent à cette composition. Il est vrai que la pâte en est d'autant plus légère. A chacun son choix ! J'apprécie mon mélange personnel car il me permet de créer certains effets si je dois procéder à une sculpture de la pâte une fois celle-ci séchée ou en cours de séchage.

 

FPP2 (Small)

J'ai préparé deux sacs remplis l'un de plâtre et l'autre de sciure de bois. Ce dernier ingrédient est facultatif, je le rappelle, et je m'en sers parce qu'il se fait que j'en possède un bon stock. Quant au plâtre, celui utilisé par les plafonneurs convient très bien. Sa prise est lente et laisse le temps d'étaler et de lisser le mélange lors de son application sur la coquille. 

   

 FPP3 (Small)

 

 

 

 

 

La mixture additionnée de sciure de bois est broyée une nouvelle fois. Le résultat final présente une structure nettement plus fine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FPP5 (Small)

Ayant prélevé un petite quantité du précédent mélange, je la dépose dans un petit bac en plastique. J'y ajoute du plâtre à raison d'un quart de plâtre pour 3/4 de pâte de papier et une bonne "bistouille" de colle à bois diluée ou une bonne portion de colle à tapisser pour améliorer la cohésion. Cette fois, je mélange à l'aide d'une petite truelle de maçon.


 

FPP6 (Small)
Voilà, la mixture de ma composition est prête à être appliquée sur la coquille.

 

CC13 (Small)

V'là encore un morceau d'fait !!! Oui, mais quand je pense que cette section du panneau de fond doit encore être recouverte de pâte et modelée jusqu'à obtention du relief désiré, je me rends compte qu'il y a du travail en perspective. Et je ne parle pas de la patine des rochers ni de la végétation variée qui va recouvrir le paysage.

 

Décidément, fabriquer un beau décor, c'est beaucoup de boulot ! Mais du plaisir aussi !

Maintenant, "y a plus qu'à" continuer, comme dirait l'autre !

Les commentaires sont fermés.