04/11/2008

11/2008-2 - La voie - partie 8 : construction d'un aiguillage - l'usinage et la pose des divers constituants

 

  


Exemples d'aiguillages en cours de fabrication

Calibres 2 (Medium)
Sur cet aiguillage standard, j'ai déjà mis en place les 2 rails extérieurs et les deux coupons de rail composant la pointe de cœur. La première patte de lièvre vient d'être posée à l'aide d'un calibre amputé d'une patte.

 

 Aig 5 (Small)
Le cœur de croisement est complètement terminé, y compris les contrerails et les deux coupures ont été pratiquées pour isoler électriquement la pointe de cœur.

 

Aig 4 (Small) 

Les lames sont terminées et le calibre à 3 pattes permet de contrôler la lacune entre lame et rail extérieur. J'apprécie personnellement les lacunes bien calibrées, c'est-à-dire ni trop, ni trop peu. C'est plus réaliste.
On pourrait agrandir volontairement cette lacune par excès de sécurité pour être vraiment "sûr" que les roues n'accrochent pas la pointe de la lame. Ou encore pour éviter tout contact des roues avec la lame ouverte lorsque le cœur de croisement ne forme qu'un seul tout électrique avec les lames. Toutes ces options sont valables.
On voit ici que les lames sont articulées. Chacune des charnières est tout simplement confectionnée au moyen d'une éclisse élargie à une extrémité pour permettre le débattement de la lame correspondante.

 


Aig 2 (Medium)
Il s'agit ici d'un aiguillage triple en cours de fabrication, qui comporte deux pointes de cœur (j'en ai parlé dans la partie 3). Mais qu'il y en ait une ou plusieurs ne change rien à l'affaire si ce n'est que les deux angles sont différents sur cet aiguillage triple.
A ce stade de la construction, j'ai déjà posé successivement, dans un ordre logique, le rail extérieur droit, puis les coupons de rail des 2 pointes de cœur (à remarquer le prolongement jusqu'à la lame), le second rail extérieur et un contrerail. Le reste suit de façon tout aussi logique, bien que, s'agissant d'un aiguillage triple, cela apparaisse un peu plus compliqué à première vue.



Aig 8 (Medium)
Une traversée-jonction double en cours. Cet aiguillage représente le cas le plus difficile de construction d'un appareil de voie. L'étape la plus difficile est l'alignement des rails formant les 4 lignes droites.
Il est évident qu'un débutant ne va pas commencer par construire un tel aiguillage. Mais avec le temps, la technique aidant, il pourra prétendre à le faire.
Tout s'apprend avec du temps, de l'application et de la patience.

 

 

 Usinage de la pointe de cœur

Avant d'aller plus loin, je vous recommande de jeter un coup d'œil aux normes établies par le MOROP. Je vous renvoie donc aux normes NEM 124 et NEM 310 pour connaître les dimensions des ornières dans un aiguillage.
Lien : http://www.morop.org/fr/normes/index.html

Je coupe d'abord à bonne longueur (plus une rallonge de sécurité) les deux coupons de rail qui constitueront la pointe de cœur. Ensuite, je procède à l'usinage de l'extrémité de ces deux bouts de rail à l'aide de la meuleuse lapidaire de façon à ce l'angle corresponde au tracé des rails sur le patron. Je fignole avec  une mini-disqueuse, surtout pour éliminer la portion de patin à éliminer.

Pour se faciliter la tâche, on peut dessiner sur une feuille de papier l'angle recherché. Ou encore se confectionner un gabarit.

Il existe diverses méthodes pour effiler la pointe de cœur. Par exemple, on peut créer deux bouts de rails parfaitement symétriques de telle sorte que le joint entre les deux rails formant la pointe soit centré au milieu. C'est une bonne méthode aussi.

L'opération d'usinage se fait en plusieurs étapes comportant de nombreuses retouches effectuées à l'aide de limes fines et d'une mini-disqueuse. Une fois la pointe de cœur et les deux pattes de lièvre mises en place, je procède encore à un ajustage pour calibrer l'ornière.

Une dernière opération consiste à arrondir légèrement les bords du champignon des rails, ce qui, combiné à l'arrondi des boudins de roues, permet un passage aisé de celles-ci tout en douceur.

 

 Pointe de coeur (Medium)
La pointe de cœur est mise en place et soudée sur les traverses. J'ai supprimé une partie du patin sur les deux rails afin de permettre la jonction des deux éléments.
Remarquez l'arrondi du pli de la patte de lièvre. En fait, si vous regardez bien, vous constaterez qu'il y a 2 plis qui se suivent de près et que le patin du rail est entamé à l'endroit des plis.
Lorsque l'angle de déviation est grand, on peut franchement pratiquer un pli accentué sans arrondi. Mais lorsque l'angle est plutôt petit, il est préférable d'arrondir le pli, ou d'en créer 2 rapprochés, pour un passage aisé des roues. Rien de tel que de se confectionner un bogie avec des roues calées au minimum requis, soit 14,3 mm, afin d'effectuer un test. Si ça ne passe pas grassement, un petit coup de lime sur le pli arrangera l'affaire.

03:01 Écrit par André S dans 09. Voie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : -voie_appareils de voie |  Facebook |

Commentaires

Il y avait longtemps que je n'étais pas venu...avec tes amis vous avez bien avancé...

BRAVO André

J'ai hâte de voir des petites vidéos des roulements...

Amicalement

papybricolo

Écrit par : Jean-Claude | 27/12/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.