16/03/2009

03/2009-1 - Les moteurs d'aiguillage - partie 2

Suite à la première partie (post "02/2007  - Les moteurs d'aiguillage - partie 1"), je reprends le sujet car j'ai apporté quelques modifications aux moteurs. D'autre part, je compte parler un peu de photogravure.



Mot aig 1 (Small)

Avant toute chose, je me suis attelé à la création d'une commande d'aiguillage "bricolée " en vitesse, comportant deux inverseurs et l'ai soumise à divers tests. Ce n'était pas la première commande du genre que je bricolais, mais j'en voulais une neuve pour équiper tous les aiguillages de mon nouveau (et dernier) réseau. 

 

 


Les tests effectués s'étant révélés concluants, Joseph et moi nous sommes attelés à la création d'un modèle un peu plus "professionnel" faisant appel à un circuit imprimé. La première chose à faire était évidemment de confectionner le calque pour les besoins de la photogravure, ce qu'a volontiers fait mon précieux aidant Joseph. 

 

Mot aig 2 (Small)

Le circuit imprimé au sortir de la photogravure. 

 

 Mot aig 4 (Small)

L'envers du décor. La fixation sur le dessous de l'assiette de voie se fait au moyen de 4 vis assorties de rondelles en plastique qui font office d'intercalaires afin que les protubérances constituées par les soudures ne soient écrasées sur le bois, cela évitant toute déformation éventuelle de la plaquette époxy lors du vissage. 


 

Mot aig 3 (Small)

Le moteur Peco, les 2 inverseurs et le renvoi d'angle montés sur le circuit imprimé.

 

mot aig 4a (Small)

La fixation des composants sur la plaquette époxy est automatiquement réalisée par les liaisons électriques entre composants et plaquette. L'astuce consiste à utiliser des aiguilles de couturière comme câbles rigides de liaison électrique. C'est rapide à installer, propre et costaud.
Concernant les aiguilles, pour une fois, je me suis procuré de la "camelote". En effet, les aiguilles doivent être de mauvaise qualité et relever plutôt du fer que de l'acier. L'avantage ainsi obtenu est que la soudure est aisée et tient bien, car, comme chacun le sait, l'acier se soude mal à l'étain.
 


Grâce aux éléments standards, le montage complet d'une commande d'aiguillage est relativement aisé et rapide et c'est mon second aidant Richard, tout aussi précieux que Joseph, qui s'est chargé d'assembler toute une série de commandes. Soit dit en passant, c'est quand même chouette d'avoir 2 potes aussi serviables !

Le moteur présenté plus haut convenait très bien à ma gare souterraine car j'avais besoin de disposer de 2 inverseurs dont l'un pour la pointe de cœur de l'aiguillage et l'autre pour une rétrosignalisation de la position de l'aiguillage sur le TCO.

Par la suite, j'ai découvert un moyen d'obtenir ces 2 effets avec un seul inverseur grâce à un petit montage simple dont je parlerai plus tard. Du coup, à partir de la même plaquette, j'ai créé un second modèle de moteur comportant un seul inverseur, ce qui abaisse d'autant le prix de revient.

 

 

Mot aig 5 (Small)

Voici côte à côte le premier modèle à 2 inverseurs Peco (à gauche) et le second modèle à 1 inverseur (à droite). Ce dernier inverseur est différent de l'inverseur Peco et je l'ai trouvé dans le commerce d'articles électriques et électroniques. Son prix de revient est moins élevé que celui du Peco et de plus les contacts sont internes au boîtier ce qui les protège des poussières. Ceci dit, je dois dire à la vérité que les contacts du moteur Peco sont d'une haute qualité et ont toujours conduit le courant malgré le fait qu'ils soient à l'air libre. 

  

 mot aig 6 (Small)

L'unique inverseur en position contact fermé.
  

 

Mot aig 7 (Small) 

Une variante du renvoi d'angle encore plus souple que le précédent. Ici, le contact de l'inverseur est ouvert.

 

 

La pose de la voie s'achève tout doucement et je vais enfin pouvoir me lancer dans la décoration de la gare ; cela implique beaucoup de travail agréable (constructions diverses, signaux, petits accessoires, peinture, patine, végétation, ...), ce qui n'est pas pour me déplaire, loin s'en faut ! 

 

 

Je dispose maintenant d'une commande d'aiguillage puissante, fiable et d'un prix de revient satisfaisant que je m'empresse de poser sur tous les aiguillages de ma gare de Coksdorf

 

Commentaires

Bon boulot Celui qui à assemblé ces moteurs Peco à fait du bon travail.

Écrit par : Richard | 16/03/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je suis sur le point de construire mon premier réseau, et voulant faire ça bien et n'ayant pas peur du temps que cela me prendra, je me documente encore. Votre blog est à ce propos une mine d'or (ou plutôt de charbon).
Je suis tombé par hasard sur un article traitant du fil à mémoire en ce qui concerne les actionneurs http://users.skynet.be/pro-rail/frcafam0.htm. Je me demandais alors si vous aviez déjà testé un tel actionneur, et si oui j'aimerais avoir votre avis.

Bien à vous,
Pierre

Écrit par : Pierre | 02/08/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour Pierre,

Oui, j'ai testé cet excellent moyen de commander aiguillages, signaux et autres accessoires. Le prix de revient n'est pas élevé et ça fonctionne bien. Cependant, comme je possédais déjà pas mal de matériel classique Peco, je l'utilise et je réserve le fil à mémoire pour d'autres accessoires comme les signaux à palette et les passages à niveau.
Comme la technologie évolue sans cesse, je suis maintenant en train d'étudier la possiblité d'utiliser des servomoteurs mais ça, c'est encore une autre histoire.

Ayant planché sur les FAM en son temps, j'avais découvert quelques liens intéressants notamment sur l'excellent site Ptitrain. Les voici :

http://www.ptitrain.com/ptitrainxxi/pages/famoise/famoise.htm
http://le.train.digital.free.fr/divers/elecfam.html

Bon amusement.

Écrit par : André Saenen | 04/08/2012

Bonjour monsieur Saenen.

Je suis une connaissance de Richard Orban, et j'ai eu l'occasion de pouvoir aller chez lui pour voir son superbe réseau.
Je suis en train de construire mon propre réseau fonctionnant en digital, je souhaiterais pouvoir vous rencontrer si cela est possible, pour avoir quelques conseils.
Merci beaucoup.

André

Écrit par : BURTON André | 21/09/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.