14/10/2012

10/2012-2 - La décoration du réseau, priorité du moment.


Après la menuiserie, la pose des voies et le câblage, sans compter d'autres travaux préliminaires, le temps est arrivé de mettre l'accent sur la décoration du réseau.

Depuis un petit bout de temps, nous avons entrepris ou poursuivi la confection du relief en maints endroits, peint les rails et ballasté la voie là où c'était possible, posé quelques tunnels, etc. Nous continuerons ce travail partout où ce sera possible et ce genre d'occupation sera certainement notre lot pour une longue période, ce qui ne nous empêchera pas par ailleurs d'effectuer d'autres travaux secondaires par ci par là.

Voici un petit résumé des divers avancements effectués ces derniers temps.

 

IMG_0017.JPG
D'abord, examinons la ligne 22 à voie unique qui serpente à l'étage +1. Ici, nous sommes dans la grande courbe qui ceinture le U central du réseau.

  

IMG_0018.JPG
La suite de ladite courbe. Les bas-côtés de la voie sont déjà garnis de fin gravier. Le ballastage suivra en dernier lieu avant de passer à la végétation.

 

IMG_9997.JPG
Au sortir de la grande courbe, la voie pénètre dans un tunnel assez court traversant une élévation destinée à camoufler une colonne.

 

IMG_0585.JPG
Nous voici à la sortie du tunnel traversant la petite protubérance de terrain. Il me reste un petit travail de création de début de voûte à effectuer pour donner à cette entrée de tunnel un aspect plus réaliste.

 

IMG_9998.JPG
Suit à courte distance un troisième tunnel permettant à la voie de s'échapper derrière le panneau de fond afin d'effectuer un quart de tour. Je marie souvent plâtre et plastique pour les ouvrages d'art. Une fois la peinture et la patine terminées, il faut un oeil exercé pour discerner les deux types de matériau.

IMG_0608.JPG

Après ¼ de tour en coulisse, la voie réapparaît au sortir d'un tunnel – en cours de confection - taillé dans la roche, comme il en existe quelques-uns en Belgique et en Allemagne. Il était inutile de poser là un tunnel classique vu que l'entrée ne sera vue que de biais et à une certaine distance.  

 

Fairyland 2012 10 10_13.JPG
Un robuste plancher amovible chevauchant les voies permet à Richard de se hisser à bonne hauteur afin d'exécuter les travaux. Ce n'est pas pour rien que j'ai prévu à l'étage 0 de très solides châssis supportés par des non moins solides pieds. Plus tard, si besoin est, un accès sera possible par l'arrière du panneau de fond.


IMG_9877.JPG
Plus loin, la voie débouche enfin dans la gare de St-Andreas, terminus de la ligne, en cours de décoration et dont j'ai déjà parlé dans un autre billet.

 
IMG_0615.JPG

Nous descendons d'un étage pour nous retrouver au niveau principal du réseau, l'étage 0, situé à environ 1,20 m du sol. Nous sommes ici à la sortie de la gare de Stahldorf en direction de la grande gare de Kugelstadt que traverse l'artère principale du réseau, la ligne 10 à double voie.

Deux lignes se détachent de Stahldorf, à gauche la 21 en direction de Kugelstadt et à droite la 23 qui, au terme d'une longue pérégrination, se retrouvera à l'étage +1 pour desservir 3 petites gares et donner naissance à deux autres petites lignes en antenne, la 22 dont je viens de parler en début de billet et la 43, ces deux dernières desservant à leur tour deux autres petites gares supplémentaires. Mais là, j'anticipe un peu.

Le ballastage a déjà débuté. La pose de quelques bâtiments et la création de routes est prévue à court terme. 

 

IMG_0616.JPG

La ligne 23 en surplomb donne naissance à une entreprise raccordée, en l'occurrence une bouteillerie car sur le réseau trônera plus tard une brasserie ayant besoin de bouteilles. On y brassera une bonne bière à laquelle je donnerai un nom lorsque l'inspiration m'en soufflera un qui sonne bien.
La colonne qui a donné lieu à la colline et à deux tunnels à l'étage supérieur nécessitera ici aussi la création d'une avancée rocheuse afin d'être camouflée. Une sorte de pare-avalanche est également prévu pour la ligne 21 en contrebas. Une route en profitera pour se faufiler de l'autre côté de l'embarrassante colonne.



IMG_0593.JPG
Redescendons encore d'un niveau pour aboutir à l'étage -1. Il restait un bout de voie de la ligne 10 exempt de décor. Après avoir confectionné un relief provisoire à l'aide de frigolite d'emballage, Richard s'est attelé à confectionner une remontée de terrain adossée au panneau de fond en pratiquant sa propre méthode consistant à utiliser ses mains en guise de palettes pour étaler la pâte de papier. Seul le résultat compte, n'est-il pas vrai ?

 

IMG_0580.JPG

Pour conclure, il étale une couche de peinture sur la surface fraîchement posée. J'ai déjà expliqué pourquoi, essentiellement pour éviter que n'apparaisse par mégarde entre les touffes d'herbe du gris ou du blanc qui se remarquerait fort et ferait mauvais effet.

La partie en niche de la ligne 10 comporte des tunnels bien entendu, j'en compte 9 jusqu'à présent, qu'il me faudra bien construire avant leur pose. Je compte créer quelques moules afin de créer de la diversité, d'autant que le coût des tunnels en plastique n'est pas négligeable.


 

D'autres travaux ont encore été effectués, notamment la création de diverses pièces en plâtre à partir de moules mais cela fera partie d'un autre billet.

 

Fairyland 2012 10 10_11.JPG

J'effectue ici un remplissage des moules à l'aide de plâtre de moulage liquide lors de ma démonstration à Joseph qui n'a jamais fait ce genre d'opération. 

 

-décor_le long de la voie

Le travail du maître mouleur de service : une belle volée de pièces dont nous aurons bientôt besoin pour façonner des murs de soutènement et ouvrages connexes. Je compte utiliser massivement ce genre de pièces pour le décor, vu leur grande diversité, leur coût réduit et leur grande facilité de mise en oeuvre et de peinture/patine.

 

 

05/10/2012

10/2012-1 - Les commandes baladeuses (suite de 12/2010)

Mon dernier billet date de mai 2012. Les raisons pour lesquelles je ne me suis plus manifesté depuis lors sont diverses. La belle saison qui invite à d'autres occupations et probablement un peu de lassitude dans l'exercice de ma passion de modéliste m'ont fait déserter mon réseau. Pas tout à fait cependant car j'ai peaufiné la commande sans fil et l'installation informatique du réseau. Je vous livre un petit explicatif concernant cette commande assez novatrice.

 

Vous savez - je l'ai dit quelque part - que je me suis équipé en matériel Lenz depuis le début de mon passage à la commande digitale, c'est-à-dire depuis 1996. Et je suis tout de suite passé à la commande du réseau par ordinateur (Train Controller) en complément de mes commandes manuelles (manettes LH100, LH90). Puis, j'ai eu l'occasion de me procurer la Mobile Control de ESU, une manette sans fil. Et j'ai aussi essayé la commande par téléphone via boîtier XPA. Bref, j'ai tout de suite apprécié la commodité des commandes baladeuses sans fil. En 2010, Lenz ayant annoncé la sortie d'une nouvelle interface USB/Ethernet permettant de piloter les locomotives et commander aiguillages et signaux au moyen d'un baladeur numérique à écran tactile, (uniquement iPod Touch ou iPhone de la firme Apple), j'ai tout de suite mordu à l'hameçon.

 

connectinglenz-2.png

Le principe du branchement des appareils Lenz est simple. L'interface 23151 permet de connecter la centrale digitale LZV100 à un routeur Wi-Fi. Il suffit que l'iPhone (un iPod fait également l'affaire à un moindre coût) détecte l'adresse du routeur pour établir une connexion avec le réseau. Pour pouvoir piloter les trains, il faut auparavant télécharger dans l'iPhone/iPod le logiciel de pilotage TouchCab, disponible sur Apple Store, pour 6 euros environ.  

L'interface Lenz peut en outre se connecter à un ordinateur au moyen d'un câble USB afin de permettre la commande du réseau via un logiciel de gestion de trains tels que Train Controller ou WinDigipet. Tant qu'à faire, Lenz a en plus intégré un programmeur de décodeurs dans son interface, d'où l'intérêt de disposer d'un ordinateur.

 

 

Depuis que j'ai installé cette interface, je peux me balader le long des couloirs de mon réseau (qui n'est pas petit comme on peut le voir sur les plans) sans être incommodé par un câble. Il existait néanmoins un petit hic ; mes deux potes qui me secondent dans la construction de mon réseau ne possédaient pas de smartphone fonctionnant sous iOS. L'un possédait un smartphone Samsumg fonctionnant sous Androïd et l'autre un WinPhone. Je voyais bien qu'ils avaient envie de commander aussi les trains avec leur joujou respectif. Je me suis donc intéressé au logiciel de pilotage de trains WiThrottle qui s'adresse aux détenteurs d'appareils fonctionnant sous iOS ou Android. Ce logiciel, à la différence de TouchCab, doit être installé sur le disque dur d'un ordinateur afin de fournir un serveur. Du coup, j'ai installé JMRI sur l'ordinateur dédié à mon réseau (dernière version 2.14 de JMRI comprenant le logiciel de commande de trains WiThrottle, un pupitre de commande et un programmeur de décodeurs) . Ce logiciel est gratuit.
Notez que JMRI est l'acronyme de "Java Model Railroad Interface", ce qui indique que ce logiciel Open Source est dédié aux modélistes ferroviaires.


J'ai un peu hésité au début à cause de l'interface Lenz qui n'est dédié qu'à TouchCab et ne prévoit pas la commande par WiTrottle, du moins qui ne donne aucune explication dans ce but. En effet, le raccordement des divers composants est différent de celui qui utilise l'interface Digitrax et un autre bus de commande, le LocoNet (XpressNet chez Lenz), ainsi qu'on peut le constater sur les schémas ci-après.

 

 

Commande sans fil Wi-Fi.jpg

Schéma de connexion à un ordinateur via une interface Digitrax afin de disposer du logiciel JMRI.
1. WiThrottle.
2. iPhone.
3. Routeur.
4. Ordinateur.
5. Interface Digitrax.
6. Centrale Digitrax.
7. Réseau.
8. Logiciel JMRI chargé dans l'ordinateur.
9. Panel Pro de JMRI.
10. Serveur fourni par JMRI.

On voit ici qu'il est nécessaire de disposer d'un ordinateur dans lequel on télécharge JMRI, lequel fournit un serveur permettant de se connecter au réseau via l'interface. Il s'agit également de télécharger dans le baladeur ou le téléphone numérique l'application WiThrottle, soit sur Apple Store pour les appareils tournant sous iOS (iPhone, ...), soit sur jmri.org/EngineDriverAndroidThrottle pour les appareils tournant sous Android.

Dès lors que JMRI est chargé sur l'ordinateur, on procède au paramétrage adéquat sous "Préférences". A noter que JMRI offre également d'autres applications en plus de WiThrottle.
A noter aussi que le module SPROG dont se servent de nombreux modélistes pour programmer leurs décodeurs utilise aussi JMRI. Donc, inutile de le charger une seconde fois.

 

Interface Lenz.jpg

Schéma de connexion de l'interface Lenz. On voit que les connexions sont différentes de celles relatives à l'interface Digitrax. 

 

Liaison avec ECOs.PNG

Dans le cas de l'ECoS de la firme ESU, la connexion est toute simple car ECoS intègre déjà une interface et une prise Ethernet.
  

 

Je vous présente quelques écrans glanés tant avec TouchCab qu'avec WiThrottle. La présentation diffère selon le cas. Personnellement, j'ai une préférence pour TouchCab mais, vous savez, les goûts et les couleurs ... !

 IMG_0556.JPG
IMG_0559.JPG

TouchCab version 1.7 sur iPod.

 

Remote control 5.JPG

Remote control 6.JPG

WiThrottle sur iPod. 


 

Remote control 8a.JPG

WiThrottle "Engine Driver"sur smartphone Samsung tournant sous Android. La présentation est différente par rapport à WiThrottle sur iPhone/iPod.

 

 

Remote control 7.JPG
Pupitre de commande WiThrottle sur l'écran de l'ordinateur.

 

Depuis l'apparition des premières interfaces, les choses ont évolué et il fallait bien entendu s'y attendre. Preuve en est la nouveauté annoncée conjointement par Fleischmann et Roco en février 2012 à Nuremberg : la toute nouvelle centrale Z21.

Il s'agit en fait d'une centrale comprenant un routeur et une interface, lui permettant de communiquer sans fil avec des baladeurs et téléphones numériques, soit smartphone et tablette sous Android ainsi que iPad, iPhone et iPod Touch sous iOS.

Cette nouveauté permettra à de nombreux modélistes ne possédant pas de commande digitale d'en adopter une en se procurant ce matériel et d'expérimenter directement la commande sans fil au moyen d'un baladeur numérique à écran tactile ou une tablette.

 

 

Centrale Z21.PNG

Cette centrale est complète et assez polyvalente. 

 

 

smartphone_01_screen_01.pngsmartphone_01_screen_02.png 

lokfs1.jpg

Divers écrans obtenus avec la Z21

 

Pour clôturer ce petit tour d'horizon, je vous dirai encore un mot à propos des commandes sans fil proposées par des logiciels de gestion de trains tel que Train Controller ou Rocrail. Pourvu qu'on ait raccordé un ordinateur à l'interface, on dispose aussi de la possibilité de piloter son réseau avec les mêmes appareils via les logiciels de gestion de trains tels que Train Controller. C'est ainsi que Train Controller propose l'application SmartHand. Si l'on se sert d'une tablette, c'est encore mieux vu qu'il est alors possible d'afficher aussi le TCO du réseau en grand format.
Ce n'est qu'un exemple mais il montre que les commandes sans fil se généralisent rapidement ces derniers temps et que les modélistes disposant d'une commande digitale de leur réseau peuvent utiliser à bon compte leur smartphone vu l'engouement croissant pour ce type d'appareils mobiles.

 

Smarthand mobil.PNG

Application SmartHand.