07/10/2013

10/2013-1 - Les attelages Kadee- partie 3

Dans mon billet 12/2008-5 , je disais ceci à propos des attelages Kadee et des mécanismes de dételage de la marque : 

Pour éviter le phénomène des dételages intempestifs, même s'ils sont rares, il faut utiliser le dételeur électromagnétique 309. A défaut de courant, il est parfaitement inerte.

Une autre solution est de suivre la suggestion de Kadee et de suspendre la plaque aimantée n° 308 sur charnière, avec commande manuelle par câble (un fil de nylon passant par quelques œilletons) pour le remonter et le plaquer sous la voie. Un bouton ou levier  situé sur le panneau frontal fera bonne figure. Dans sa position repos (la plaquette mobile pendouille à la charnière à angle droit avec l'assiette de voie), l'aimant n'a plus aucune influence sur la voie.

Le dételeur 309 et le 308 modifié seront surtout utiles sur les voies principales en gare et partout où un dételage intempestif pose problème.

J'ai bien sûr suivi la suggestion de monter la plaque aimantée sur charnière et d'actionner la levée et la descente au moyen d'un fil nylon. Et cela fonctionne bien.

J'ai néanmoins découvert deux inconvénients qui ne sont heureusement pas insupportables.

Primo, il est souvent malaisé de trouver un chemin court avec peu de renvois d'angle afin de ramener le câble sur le devant du réseau et cela à cause d'obstacles divers.

Secundo, les boutons fixés à l'extrémité des câbles sur le bandeau latéral se révèlent être des sources d'accrochage.

J'ai donc souhaité motoriser la levée et la descente des plaques aimantées. C'est chose faite aujourd'hui grâce aux servomoteurs auxquels je me suis intéressé récemment afin de motoriser mes aiguillages et mes signaux mécaniques. Une fois maîtrisés la mise en service et le paramétrage de ce nouveau mécanisme, je n'ai pas hésité à étendre leur usage aux dételeurs magnétiques Kadee n° 308.

 

-attelages et mecanismes de detelage

On voit ici, en gare de Stahldorf Ouest, 2 dételeurs Kadee n° 308 en position haute, c'est-à-dire plaqués contre le travelage de la voie. Je n'ai pas hésité à les placer en courbe sachant que le rayon de la voie est grand et que cela ne gênera pas le dételage.

 

 

-attelages et mecanismes de detelage

Vue par dessous l'assiette de voie. Une simple charnière suffit à permettre la rotation de la plaque et son aimant. Il faut tenir évidemment compte de l'épaisseur de l'assiette de voie et de la semelle de liège sous la voie, soit 12 et 6 mm dans mon cas. Une cale en bois d'épaisseur adéquate est fixée entre la plaque aimantée et la charnière. 

 

 

-attelages et mecanismes de detelage

L'aimant Kadee en position abaissée. On distingue la cale en bois sur laquelle est collée la plaque qui est elle-même collée sur l'aimant afin que l'assemblage soit bien solide. Une petite équerre permet d'accrocher le câble de traction (un simple fil de nylon).

 

 

-attelages et mecanismes de detelage

Le servomoteur d'un des dételeurs. Les 3 fils de commande s'en vont vers le décodeur SwitchPilot Servo de la firme ESU qui est nécessaire à la commande des servomoteurs.

 

 

-attelages et mecanismes de detelage

Une fois les dételeurs installés et réglés, il suffit de poser un fin carton sous la voie pour camoufler l'ouverture. Le ballast viendra recouvrir tout cela et on ne verra plus rien. Il est donc bon de repérer l'endroit où se trouve les dételeurs avant ballastage. A chacun de trouver un repère adéquat et discret pour indiquer l'endroit du dételage. 

 

 

-attelages et mecanismes de detelage

Tant que j'y suis, je vous montre un petit montage impliquant une commande de signaux mécaniques à l'aide de servomoteurs. Le ou les signaux sont montés sur une sorte d'équerre en bois qui viendra s'introduire dans une ouverture pratiquée dans l'entrevoie. La largeur de l'ensemble (22 mm) est calculée de telle sorte que ce genre de montage pourra être placé à peu près partout. 

Le but est de pouvoir retirer l'ensemble par le dessus de la table de roulement, de déconnecter les câbles électriques grâce à un petit connecteur D-SUB à 9 pôles mâle-femelle et de mettre le délicat signal à l'abri. Ces accessoires sont fragiles et je compte les poser définitivement sur le réseau seulement quand le décor sera terminé.  De plus, le câblage du signal (alimentation du servo et de l'éclairage) est réalisé sans trop de peine à l'établi. Le travail de câblage sous table est donc réduit au minimum.

 

 

-attelages et mecanismes de detelage

Et voici encore une photo qui montre un servomoteur d'aiguillage équipé d'une tringlerie souple. Ici, la base comporte un inverseur destiné à alimenter la pointe de cœur polarisée. Le microswitch (l'inverseur) est dans une des deux positions possibles.

 

 

-attelages et mecanismes de detelage

Le microswitch est dans l'autre position.

 

Dans de prochains billets, je compte développer le sujet de l'utilisation des servomoteurs.

28/12/2008

12/2008-5 - Les mécanismes de dételage - partie 2

Chez Kadee, on distingue deux sortes de dételeurs :

- les "delayed uncouplers", c'est-à-dire les dételeurs à action retardée, qui permettent le prédételage, soient les n° 308, 309, 321 et 322 ;

- les "non delayed uncouplers", c'est-à-dire les dételeurs à action non retardée, soit le n° 312.

 

 308

Le 308 déjà présenté. 

 

 309t


309309nn

309exp

Le dételeur 309 ne génère pas un champ magnétique permanent car il est électromagnétique. On relie la bobine à une source de courant (16 à 18 V, intensité 3 A) via un bouton-poussoir. En pressant ce dernier, on envoie donc du courant à travers le bobinage qui génère aussitôt un champ magnétique puissant.

 


312

Le 312 qui ne permet pas  le prédételage.

 

    
 Kadee 6 (Small)

Sur ce petit banc d'essai pour attelages Kadee, le dételeur 309 est placé sous la voie au travers d'une ouverture pratiquée dans l'assiette de voie.

 


Kadee 5 (Small)

En pressant le levier, j'envoie du courant dans le bobinage de sorte que le champ magnétique ainsi généré écarte les deux attelages.

 


321


Le 321 pour une voie avec rails code 100 ou le 322 pour une voie avec rails code 83.

 

Quel dételeur choisir ?

Quatre critères peuvent être pris en considération :

1. le prix ;

2. la discrétion ;

3. le prédételage ;

4. la facilité de pose.

 

Concernant le prix, le 309 est le plus onéreux évidemment. Par contre, il est discret et offre le prédételage. Les dételeurs visibles 312 et 321 sont les moins chers.
Concernant la discrétion, les 312 et 321/322 sont bien sûr à écarter si l'on aime les voies réalistes.

Concernant le prédételage, seul le 312 est à écarter si l'on veut prédételer et pousser le ou les wagons n'importe où.

Pour la facilité de pose, il faut sélectionner les 312 et 321/322.

Pour éviter le phénomène des dételages intempestifs, même s'ils sont rares, il faut utiliser le dételeur électromagnétique 309. A défaut de courant, il est parfaitement inerte.

Une autre solution est de suivre la suggestion de Kadee et de suspendre la plaque aimantée n° 308 sur charnière, avec commande manuelle par câble (un fil de nylon passant par quelques œilletons) pour le remonter et le plaquer sous la voie. Un bouton ou levier  situé sur le panneau frontal fera bonne figure. Dans sa position repos (la plaquette mobile pendouille à la charnière à angle droit avec l'assiette de voie), l'aimant n'a plus aucune influence sur la voie.

Le dételeur 309 et le 308 modifié seront surtout utiles sur les voies principales en gare et partout où un dételage intempestif pose problème.


Pour ceux qui aiment le bricolage, il existe la solution de fabriquer soi-même un dételeur électromagnétique.

Voici l'exemple d'un modéliste américain de talent qui fabrique également ses appareils de voie.

08mgnet


magnet1

07mgnet

Deux boulons avec écrou, deux rondelles, un tube en plastique et du fil de cuivre vernis, c'est tout ce qui est mis en oeuvre.
Le résultat est probant et le dételeur parfaitement invisible une fois la voie ballastée. Remarquez le placement en biais des deux boulons pour une plus grande efficacité.




Sur mon réseau, dans la gare de Coksdorf en cul-de-sac, les dételeurs mentionnés dans la précédente partie sont situés sur le grill est, donc en fin de parcours pour les trains entrant en gare. Les locomotives devront impérativement être dételées du convoi pour se rendre, après un retournement éventuel sur le pont tournant, soit sur les voies de la remise, soit à l'autre extrémité côté grill ouest. Il est donc parfaitement inutile que les dételeurs soient rendus inopérants.

Par contre, côté ouest, je placerai impérativement des dételeurs électromagnétiques 309 car tous les convois entrant dans la gare passeront obligatoirement sur ces dételeurs situés en début de voie.

 

27/12/2008

12/2008-4 - Les mécanismes de dételage Kadee - partie 1

En fait de mécanisme, il n'y en a aucun à vrai dire avec les attelages Kadee puisque le dételage est le résultat de l'action d'un champ magnétique.

Dét 1 (Small)

La première chose à faire est de déterminer l'emplacement des dételeurs. Ici, il s'agit du dételeur magnétique n° 308. Remarquez que le dételeur est assorti d'une plaque métallique qui augmente l'efficacité du champ magnétique (la photo montre les deux côtés du dételeur 308).


Je repère d'abord ce qu'on appelle la traverse d'écartement (le gros trait entre les deux voies qui marque l'emplacement où je descends en dessous de 53 mm - dans la réalité, il s'agit souvent d'une traverse peinte en blanc posée entre deux voies juste à l'endroit où l'entraxe de voies passe en dessous du minimum requis). Le wagon ne peut pas dépasser cette limite sous peine d'accrochage par un autre wagon ou locomotive passant sur la voie adjacente. Le dételeur est installé juste avant cette traverse d'écartement.


Dételeur 308

Le dételeur Kadee n° 308. Son action magnétique est permanente et présente donc l'inconvénient d'un dételage intempestif en cas de rapprochement accidentel de deux attelages Kadee juste au-dessus d'un tel dételeur. Il fonctionne impeccablement et il se place sous les traverses, ce qui le rend invisible. On ne peut faire mieux en matière de camouflage. En outre, il ne nécessite aucun câblage ni mécanisme.Ca nous change des vilains et bruyants dételeurs électromagnétiques pour attelages à boucle !


Dét 2 (Small)
Après avoir dessiné le contour du futur dételeur, j'entaille la semelle de liège de 6 mm afin d'y pratiquer une cuvette aux dimensions du dételeur.

 

Dét 3 (Small)
Le premier dételeur est en place. Je creuse ensuite l'emplacement pour le dételeur de la voie adjacente.


Dét 4 (Small)

Voilà mes deux dételeurs encastrés. Je peux maintenant reposer la voie.


Dét 5 (Small)

Je m'assure que les dételeurs ne dépassent pas le niveau supérieur de la semelle en liège. Il faut aussi veiller à laisser le moins d'espace libre entre le dessous du travelage de la voie et le dessus du dételeur pour une action magnétique optimale. Cela étant vérifié, je refixe définitivement la voie.



Dét 6 (Small)

Afin d'éviter que la colle qui sera utilisée pour coller le ballast ne pénètre dans la cavité et n'entraîne une augmentation du bruit lors du passage d'un convoi (je rappelle l'effet caisse de résonance qu'il faut réduire au maximum), je pose des bandes de papier autocollant par-dessus les dételeurs avant de reposer la voie.
On voit ici que les attelages sont en position de prédételage à cause du champ magnétique permanent.



Dét 7 (Small)
Dét 8 (Small)

Je n'hésite pas à poser des dételeurs en courbe pourvu que la courbure des voies soit faible. L'accouplement ou le dételage  n'en souffrent pratiquement pas. Cela me permet d'augmenter au maximum la longueur utile des voies.


 

 

Voici une petite séquence montrant les divers stades d'une opération de dételage avec prédételage.

 

Dét 9 (Small)
Deux wagons sont attelés et je me propose de les désaccoupler et d'aller déposer le dernier à un endroit précis. La première chose à faire est de rendre visite au dételeur

 

Dét 10 (Small)

On pousse ou on tire les deux wagons de façon à amener leurs attelages au-dessus du dételeur. On dispose d'une bonne marge de manœuvre du fait que le champ magnétique exerce son action sur une certaine longueur. On fait ensuite effectuer à la locomotive un petit déplacement de façon à créer un certain espacement entre les deux wagons. La photo est prise à ce stade.


Dès le début de l'entrée dans le champ magnétique du dételeur, les timons s'écartent au maximum et les mâchoires s'ouvrent. Les deux attelages restent dans cet état tant qu'ils sont soumis au champ magnétique. On voit bien ici la grande marge de manœuvre offerte par le dételeur. Du fait de l'invisibilité du dételeur, il est bon de repérer ses deux extrémités au moyen d'un  artifice, par exemple une touche de peinture blanche sur le bout d'une traverse.


Compte tenu de la position des deux attelages, nous sommes dans le cas où il est possible d'effectuer une opération de prédételage. Il suffit de rapprocher simplement les deux wagons.

Dét 11 (Small)

Voilà qui est fait ! Ainsi disposés, les attelages ne peuvent se raccoupler. En poussant les deux wagons jusqu'à l'endroit désiré, sans toutefois leur permettre de se séparer prématurément, il suffira ensuite de faire marche arrière et d'abandonner le wagon sur place.

 


 

Dét 11a (Small)

 

Le champ magnétique est puissant de sorte qu'il arrive que les attelages soient tellement écartés qu'ils se côtoient. C'est surtout dû aux grands timons et on le voit bien sur les photos précédentes. Ce n'est absolument pas grave car on refoule alors à tampons joints.

 

Dét 12 (Small)

 

La locomotive est en train de refouler les wagons jusqu'à l'emplacement désiré.



Dét 13 (Small)

Une fois les deux wagons arrivés à l'emplacement désiré, la locomotive fait marche arrière et abandonne le dernier wagon.

 

C'est un réel plaisir d'effectuer des manoeuvres avec l'attelage Kadee. Il est vrai que c'est du travail d'équiper les anciens wagons dépourvus de timon à élongation, mais quelle satisfaction lors de l'exploitation !



Suite au commentaire de Citrofou ci-dessous, voici quelques informations complémentaires.

Pour obtenir un dételage, il est nécessaire de positionner les deux attelages accouplés sur le dételeur. Ensuite, la loco doit faire marche arrière, c'est-à-dire refouler légèrement la rame de wagons juste assez pour que les attelages se trouvant au-dessus du décodeur soient pressés l'un contre l'autre. Rien ne se passe jusqu'à ce moment. Puis, la locomotive doit faire une très petite marche avant. Dès que les deux têtes d'attelage commencent à se séparer, elles s'écartent automatiquement l'une de l'autre en pivotant sur leur axe sous l'effet du champ magnétique. Les timons pivotent également ce qui provoque un écart encore plus grand.

delyd1-4
Ce petit schéma montre les 4 étapes successives permettant de prédételer un wagon et de l'abandonner à un endroit précis :1. amenée des 2 attelages au-dessus du dételeur; 2. séparation des 2 attelages; 3. refoulement jusqu'à l'endroit désiré; 4. abandon du wagon.

 


En exploitation normale, lorsque les attelages sont tendus (c'est le cas d'une rame en traction), les attelages ne peuvent pas se séparer à cause de la forme des deux têtes (la petite  lèvre recourbée vers l'intérieur) malgré l'action du champ magnétique.  Lorsqu'ils sont pressés l'un contre l'autre (c'est le cas d'une rame en refoulement), ils ne peuvent pas non plus se séparer, forcément ! Le passage sans arrêt au-dessus d'un dételeur n'entraîne donc pas de dételage, sauf accident.

Lorsque deux attelages accouplés passent au-dessus d'un dételeur, ils ne peuvent pas se séparer comme expliqué ci-dessus, excepté si, par accident, la locomotive freine inopinément pendant un bref instant (par exemple parce qu'elle ne capte plus le courant - saletés sur la voie, roues encrassées, ...). En effet, à ce moment, les wagons, sous l'effet de l'inertie, se presseront les uns contre les autres pendant un bref instant. Puis, sous l'effet de l'accélération de la locomotive en reprise de vitesse, ils auront tendance à se séparer. Cela suffira à séparer - pas toujours - les deux attelages se trouvant malencontreusement sur le dételeur juste à cet instant. Le freinage suivi aussitôt d'une accélération, on a tous expérimenté cela sur son réseau. Ce n'est pas grave sauf si, malheureusement, ...

C'est toujours embêtant lorsqu'une locomotive perd des wagons. Pour éviter cela, essentiellement sur les lignes principales en gare, on peut utiliser 2 méthodes que j'expliquerai par la suite. 
 

 

 

12/2008-3 - Les attelages Kadee - partie 2

Pour minimiser le coût de l'adaptation des wagons, j'ai divisé mon parc de wagons en 2 catégories : les rames divisibles et les rames indivisibles, celles-ci étant constituées principalement de voitures de voyageurs.

Les rames indivisibles reçoivent autant que possible des attelages courts des marques Märklin, Fleischmann ou Roco Goldorak, excepté aux extrémités de la rame où j'installe un attelage Kadee. Le cas échéant, sur les anciennes voitures dépourvues d'élongation, des boîtiers adaptables avec timon à élongation (Roco, Symoba, Ribu, etc.) permettent de résoudre le problème.
Quant aux rames sécables, l'attelage Kadee répond aux 3 conditions suivantes. Premièrement, il va de soi que tous les wagons doivent pouvoir être attelés et dételés aisément. Ca, c'est une première condition impérative. La seconde condition est le prédételage indispensable à mes yeux. Cette possibilité réduit fortement le nombre de dételeur car un seul peut souvent suffire à l'entrée d'un grill d'aiguillages. On dételle entre deux wagons au choix avant le premier aiguillage et on refoule jusqu'à ce la portion dételée se trouve au bon emplacement. On fait marche arrière avec le restant de la rame. Ce genre de manœuvre est également utile pour aller placer un wagon à un endroit précis, par exemple sous la marquise du magasin aux marchandises. Une troisième condition est l'accouplement en douceur. Inutile donc de lancer la locomotive à toute allure contre la rame pour réussir un accouplement. L'attelage Kadee est particulièrement doux à l'accrochage pourvu que les têtes d'attelage soient bien positionnées.

Je touche là à un petit inconvénient du Kadee qui exige une bonne précision dans la pose. Grâce au calibre Kadee pour le réglage en hauteur et avec un peu de soin, on y arrive aisément.

Kadee 7 (Small)
Cette jauge Kadee qui se fixe simplement sur la voie permet de vérifier le bon positionnement en hauteur de la tête d'attelage ainsi que la bonne hauteur de la tige courbe par rapport aux rails.

Pour être honnête, je cite un second inconvénient. Avec les dételeurs fixes, on constate parfois un dételage intempestif au passage d'une rame de wagons.C'est embêtant surtout sur les voies principales situées en gare. Il suffit d'un petit rapprochement de deux wagons dû à un petit choc pour que les attelages qui les relient se découplent. J'ai résolu ce problème en éliminant le champ magnétique permanent là où c'est nécessaire. J'en parlerai plus loin.

 

Une précision. Les copies de l´attelage Kadee se bousculent depuis que cette invention est tombée, de par son âge, dans le domaine public ! Je me méfie de ces imitations et déconseille l'utilisation de ces clones qui sont loin d'avoir fait leurs preuves. Leur fonctionnement et leur fiabilité sont moindres que chez Kadee.

 

Une fois que l'on s'est mis à équiper ses wagons d'attelages Kadee, on acquiert vite un tour de main. En principe, le Kadee n° 5 peut être mis à toutes les sauces. En effet, à en croire les newsgroups Kadee, "Utilisez toujours le n° 5 ; si le 5 ne rentre pas, coupez-lui les oreilles ; si ça ne rentre toujours pas, démerdez-vous pour que ça rentre...". Mais rassurez-vous, le numéro 5 et ses dérivés sont les maîtres-achats et rares sont les wagons qui ne l'acceptent pas. Dans ce cas, on choisit un autre numéro. Le numéro 21 (long timon et tête surhaussée) est en particulier un des plus faciles à monter sur du matériel européen.


Avant toute opération de placement d'attelage, il est nécessaire d'enlever les essieux et d'araser la surface sur laquelle reposera le boîtier d'attelage. Pour ce faire, je me sers de fraises cylindriques ou coniques montées sur une petite perceuse. Le cas échéant, je taille un peu dans le bas de la traverse porte-tampons, cela dépendant du type d'attelage. La mise à hauteur se fait en utilisant de petites épaisseurs tirées hors de chutes de plasticarte de différentes épaisseurs. Le tout est non seulement collé mais aussi fixé solidement à l'aide d'une vis taraudeuse de 2 mm de diamètre (il est souhaitable de forer au préalable un trou de 1 mm de diamètre).



Kadee 2 (Small)

A gauche, j'ai placé un attelage standard n° 5, c'est le plus connu. Vu que son timon est court, le boîtier dépasse un peu de la caisse. A droite, j'ai installé un n° 46 à timon long de sorte que le boîtier est entièrement logé sous la caisse. Je signale toutefois que l'arc de cercle que décrit le timon n'est pas identique pour les deux types, le rayon de l'arc étant plus grand avec les attelages des séries 20 et 40. Cela influe quelque peu sur l'opération de dételage.


Le n° 46 est en fait un n° 5 doté d'un timon long. A noter que les attelages métalliques de la série 40 peuvent être remplacés par ceux de la série 20 qui sont en plastique.
Il existe 3 sortes de timons dont les têtes sont soit centrées, soit surhaussées, soit surbaissées par rapport au boîtier.  Cela peut faciliter le travail de montage. Par exemple, le n° 21 a une tête surhaussée qui permet d'abaisser le boîtier et autoriser un passage du timon juste sous la traverse de choc, moyennant un limage léger.

5
L'attelage universel n° 5. Il est livré en kit (on peut aussi le commander monté, mais, bien sûr, c'est plus cher). Le montage est ultra simple et le plastique se colle aisément (attention, il ne faut que très peu de colle pour ne pas qu'elle s'infiltre à l'intérieur, il s'agit juste d'effleurer les bords du boîtier à l'aide d 'un fin pinceau trempé légèrement dans de la colle liquide pour maquettes plastiques).





chart

La gamme des attelages des séries 20, 30 et 40.





Série 30

La série 30.





Série 20
La série 20.



Depuis que les wagons sont équipés d'office de boîtiers sur timon à élongation pour tête d'attelage interchangeable, le travail est ultra simplifié. On installe tout simplement le n° 18 qui convient pratiquement à tous les wagons. Mais là surgit un problème. En effet, et je cite l'éminent maître Jacques Le Plat, "La version européenne de l'attelage Kadee constitue une hérésie par rapport à la cinématique des attelages courts auxquels elle est censée s´adapter. Cette cinématique implique une liaison linéaire rigide entre les deux boîtiers d´attelage NEM, ce qui est effectivement réalisé par les attelages courts Fleischmann, Roco et autres. Le Kadee, malheureusement, a besoin d´un mouvement latéral des mâchoires pour permettre le dételage et cette liberté, normalement assurée par le timon des attelages américains, a dû être reportée sur la tête même de l´attelage européen. Cette possibilité de pivotement des deux têtes Kadee induit un degré de liberté supplémentaire dans l´attelage et permet à celui-ci de prendre toutes les positions imaginables. En traction, peu de problème car cette dernière impose une contrainte compensatoire (liaison la plus courte possible), mais en refoulement, l´attelage et les boîtes peuvent effectivement se mettre dans toutes les positions, ce qui peut provoquer déraillement, mariage de tampons, découplage intempestif (qui ne se confirme évidemment que lors d´une reprise en traction)".

18
L'attelage Kadee n° 18, celui qui convient généralement à nos wagons européens. Le cas échéant, on peut utiliser le n° 17 plus court, ou les n° 19 et 20, plus longs.



Personnellement, j'élimine la possibilité de l'élongation en bloquant tout simplement le timon d'élongation afin d'en revenir au cas des wagons sans attelages à élongation. Ce faisant, j'élimine tous les dysfonctionnements cités par Le Plat. Néanmoins, avec les attelages européens n° 17 à 20, il n'existe plus de débattement du timon de l'attelage Kadee puisque la tête est directement montée sur le support fixe au moyen d'un pivot et d'un petit ressort de rappel.


Kadee 1 (Small)

Le timon d'attelage à élongation est bloqué à l'aide d'une clou en laiton traversant timon et plancher. Ce clou est fixé au moyen d'une mini-goutte de colle cyanoacrylate. L'attelage Kadee n° 18 est simplement enfiché dans le boîtier normalisé.
On voit bien ici le débattement limité de la tête d'attelage dépourvue d'un timon propre.



Avant l'apparition des attelages n° 17 à 20, il existait un attelage dit européen car il comportait un long timon permettant à la tête de dépasser les plateaux des tampons. Il s'agit du n° 16.


Kadee 3 (Small)

L'attelage n° 16 qui présente l'avantage d'un faible encombrement. Il n'est cependant pas facile à assembler.



Kadee 4 (Small)
Il y a toujours moyen de poser un attelage Kadee sur un modème réduit. Ici, il s'agit d'une locomotive Roco à bogies. Faute de place pour le boîtier, j'ai simplement utilisé un timon long et sa tête d'attelage sans aucun boîtier. Bien sûr, le timon ne peut plus se mouvoir et seule la mâchoire est encore mobile mais cela n'empêche nullement l'accrochage ou le dételage d'un wagon.


12/2008-2 - Les attelages Kadee - partie 1


Avant de vous entretenir des dételeurs que j'ai placés sous les voies de la gare, je vous propose un petit exposé sur les attelages. J'ai toujours considéré que le domaine des attelages européens pour modèles réduits à l'échelle H0 était un sacré foutoir. Ca s'est quelque peu amélioré avec le temps mais nous sommes loin de la solution idéale.


L'attelage à boucle, appelé attelage standard, est bien connu de tous. Tous les fabricants en ont produit depuis des décennies et le produisent encore aujourd'hui. Cependant, chacun a ses particularités notamment au niveau de la taille de la boucle de sorte que la compatibilité est loin d'être assurée. Les inconvénients sont nombreux : ça dételle mal quel que soit le rail dételeur et ça s'accroche tout aussi mal quelle que soit la marque : Roco, Jouef, Lima, Märklin, Piko, .... Et que dire des panachages !!!!

universel
L'attelage dit universel. Celui-ci est doté d'une queue pour adaptation dans un boîtier normalisé NEM.


J'ai essayé d'autres types d'attelage, dont le Fleischmann appelé attelage à emboîtement. Je n'ai pas été davantage satisfait.


Fleischmann 2
L
'attelage Fleischmann lui aussi prévu pour insertion dans un boîtier normalisé.



Et puis, en ce qui concerne le dételage, l'énorme et obligatoire dételeur proéminent dans la voie m'a toujours rebuté.

Il existait pourtant un attelage qui aurait sans doute pu séduire bien des modélistes européens grâce à sa finesse, son fonctionnement, son réalisme relatif sans parler de la possibilité de prédételage qu'il offrait. Il avait été lancé autrefois par la firme est-allemande Pilz sous le nom de i-Kupplung. Il a disparu trop tôt - dans les années 1970, me semble-t-il - pour des raisons sans doute liées aux incohérences du système communiste en matière de fabrication.

Quand sont arrivés les attelages dits courts durant les années 1990 si je me souviens bien, j'ai apprécié cet effort des fabricants de nous offrir la possibilité du prédételage et de l'attelage court. C'était désormais possible grâce à de nouvelles têtes d'attelage et du timon à élongation variable. Celui-ci a la particularité de comporter un boîtier normalisé permettant d'y insérer des attelages divers pourvu qu'ils aient une queue d'hirondelle. C'était un grand pas en avant ! Hélas, les constructeurs fabriquent leur matériel avec des tolérances telles que la norme n'est pas scrupuleusement respectée, d'où de mauvaises performances parfois.


Les attelages dits courts à prédételage sont les suivants :

-celui de Fleischmann appelé officiellement Profi, excellent et fiable, mais raide à l'accrochage ;
-celui de Märklin, excellent et qui s'accorde avec les attelages à boucle ;
-celui de Roco appelé Harpon par certains, pas toujours à la hauteur.

FleischmannmarklinRoco 1
De gauche à droite: Fleischmann, Märklin et Roco Harpon.

Roco a mis sur le marché un second attelage à prédételage dit universel qu'on a rapidement baptisé du nom de Goldorak. Un avantage, il est compatible avec les attelages à boucle. On peut considérer qu'il s'agit aussi d'un attelage court mais laissant néanmoins un petit jeu entre les tampons.

Roco 2

L'attelage Roco Goldorak.

 

Je passe sous silence les attelages perfectionnés à télécommande à partir de la locomotive comme l'attelage Digital Krois et son cousin, le Digital Roco. De même que je ne m'étendrai pas sur les attelages conducteurs de courant. Tous ces perfectionnements ne résolvent hélas pas tous les problèmes et mon opinion n'a guère varié.

Il existe du côté des modélistes britanniques des attelages intéressants et astucieux qui m'ont interpellé pendant un certain temps, notamment l'attelage Alex Jackson aux avantages multiples.

alex jackson

L'attelage Alex Jackson à construire soi-même à l'aide d'un fil d'acier de 10 cm de long.

 


Cependant, ayant commencé très tôt à lorgner du côté des modélistes américains - qui avaient déjà une sacrée longueur d'avance sur nous dès les années 1950 dans bien des domaines, j'ai découvert l'attelage Kadee que je considère maintenant comme le meilleur au monde.

Bien sûr, il ne correspond pas du tout à nos attelages à vis, mais quel est l'attelage qui y ressemble, hormis bien entendu l'attelage à choquelle existant en modèle réduit ? Bien qu'il soit tout beau et conforme à la réalité, je l'écarte volontairement car il exige de très larges courbes pour éviter le mariage des tampons et il ne permet aucun automatisme.  Je l'ai donc vite abandonné excepté en statique.

De toute façon, comme il est inutile d'espérer un attelage standard plus ou moins ressemblant au modèle réel et qui permette un accouplement automatique et un dételage à distance, j'ai adopté depuis longtemps l'attelage Kadee. Pour être précis, il s'agit d'un "attelage à mâchoire articulée dételable magnétiquement et à action retardée". Il est fiable, précis et idéal pour les manœuvres. De plus les dételeurs sont invisibles et peuvent être en nombre réduit s'ils sont implantés stratégiquement. Il a une belle "gueule" malgré son manque de conformité et est en tout cas plus beau que tous les attelages européens proposés jusqu'à maintenant. Je me félicite de mon choix encore aujourd'hui malgré le travail d'adaptation à effectuer sur les anciens wagons dépourvus de boîtier d'attelage standard (je n'ai pas encore terminé la conversion de tous mes anciens wagons).

 


Kadee 8 (Small)
Je trouve qu'ils font belle figure. Celui de droite possède un timon court qui fait que le boîtier dépasse de la caisse tandis que celui de gauche a un timon long, ce qui permet de camoufler entièrement le boîtier. La gamme des attelages Kadee est variée et l'on trouve toujours un attelage qui convienne quel que soit le cas.


Kadee 9 (Small)
Voici deux wagons attelés. Ils sont dépourvus d'élongation ; malgré cela, la distance entre tampons est raisonnable. Je précise toutefois que c'est dû en partie à cause du rayon minimal des courbes qui ne descend jamais en dessous de 60 cm, ce qui m'a permis d'adopter un espacement réduit entre tampons.