31/10/2010

10/2010 - L'agrandissement du local

Dans mon post 01/2007, je vous entretenais de l'inauguration de la salle 1 de mon réseau dont les dimensions sont approximativement 3,50 m x 5,50 m, et je vous disais que la salle 2 était en cours de création.

Eh bien, je suis très heureux de pouvoir dire que c’est chose faite aujourd'hui.

Ce ne fut pas sans peine et j'y ai passé toute la belle saison, ce qui explique mon silence sur ce blog. 

 

10-04 Aménagement local 2.JPG

Je ressors cette photo datant de mai 2004 car elle montre que les murs du local 1 avaient déjà été percés sur une demi-épaisseur.

Une fois la salle 2 terminée, je me suis empressé d’ouvrir complètement la baie prépercée en commençant par dégager le mur en question.

  

 

Percement mur juin 2010_2.JPG

Juin 2010. Dans la salle 1, on enlève les lattes provisoires du mur mitoyen afin de percer définitivement la baie à partir de l'autre côté. Une ancienne petite infiltration d'eau par le grenier est visible mais la chose a été réglée en temps utile et un peu de peinture masquera bientôt cette disgracieuse tache sur le mur.

 

   

Percement mur local 2 juin 2010_1 .JPG

Le mur est percé et je vais m'empresser de poser le demi-linteau qui manquait et de cimenter les parois. J'avais bien sûr recouvert le réseau de la salle 1 d'un film plastique pour le protéger des poussières.

   

 

 

Plafond étage local 2 juin 2010.JPG

La baie et les trous de passage des voies font déjà partie du passé. Les murs ont reçu une couche de peinture et la pose du plafond est en cours. Au préalable, les câbles pour l'éclairage et les prises ont été tirés dans le plafond et le plancher.

IMG_1840.JPG

Juillet 2010. Après le plafond, le plancher en pin. Ca avance bien !

 

Eclairage local 2 août 2010.JPG

L'éclairage est terminé. Il fait clair comme en plein jour. J'ai opté pour des tubes luminescents : long. 1,50 m, 58 W, lumière du jour et indice de rendu des couleurs de 98. Les TL sont posés en fonction de la géométrie du futur réseau.

 

Protection plancher 1.JPG

Joseph réfléchit à la meilleure façon de terminer la pose des plaques d'Unalit qui serviront de protection du plancher en pin durant la phase des travaux "salissants". C'est une idée de Richard et c'est mieux qu'un tapis vynil ou linoléum.

  

  

  

IMG_6812.JPG

Un petit coup d'oeil depuis une des deux ouvertures entre salles 1 et 2.

Les dimensions de la nouvelle salle sont 7,50 m x 6,50 m. En longueur, les deux salles 1 et 2 font 11 m de longueur, de quoi tirer quelques mètres de voies.

Les deux ouvertures du fond que j'ai fermées provisoirement permettront l'accès à une troisième salle, une sorte de grenier perché au-dessus du garage, qui servira surtout à héberger les gares terminales cachées.

 

 

Les travaux de meuiserie comprenant des châssis divers sont en cours et bientôt de nouvelles assiettes de voie verront le jour.

Je ne manquerai pas de vous en faire part. 

 

23/07/2007

07/2007-1 - Le remplacement du plancher

Après une longue absence, me revoilà, bien décidé à poursuivre la construction de mon réseau.

 

Cet intermède est notamment dû à la nécessité de remplacer complètement le plancher de la salle 1 que j'avais fièrement présenté dans mon post du 28 janvier 2007.

10-04 Aménag ement local 1 (WinCE)

En effet, pour le réaliser, j'avais choisi des plaques d'aggloméré de bois de 22 mm d'épaisseur pourvues de languettes et rainures sur leur pourtour. J'avais estimé que ce matériau était pratique et rapide à poser. Certes ! Cependant, à l'usage, j'ai constaté que ce plancher émettait des grincements lors de mes passages répétés, qui, dans le silence des soirées et des nuits, se révélaient nettement perceptibles et finissaient par devenir agaçants.

Une étude du problème a mis en évidence le manque de rigidité des panneaux d'agglo, un nombre trop réduit de fixations par vis et un manque de planéité des poutres de support en sapin.

 

 

Je me suis dit que je n'allais pas supporter ça le restant de mes jours et j'ai donc pris la décision de remédier à cet état de choses en choisissant un autre matériau plus adapté, en l'occurrence des planches de pin languetées de forte épaisseur et solidement fixées sur les poutres correctement nivelées.

Une fois la décision prise, restait le problème des pieds à solutionner. Je les ai tout simplement enlevés après avoir suspendu l'infrastructure du réseau aux poutres du plafond à l'aide de feuillard perforé, de solides pitons et de tendeurs. Aucun problème pour retrouver l'emplacement des poutres du plafond, car j'avais soigneusement noté leur emplacement en vue d'une future frise et de futurs éclairages suspendus au plafond. Je me suis d'ailleurs souvent félicité d'être un homme prévoyant, du moins en modélisme !

07-07 Suspension

 

Une fois le plancher complètement libéré, je me suis aussitôt attaqué au remplacement progressif des plaques d'agglo par les planches, en prenant soin de niveler au passage les poutres de sapin partout où cela se révélait nécessaire. Chaque planche a été fixée au moyen de longues vis à chaque point d'appui. Je crois bien que j'ai utilisé plus de 600 vis  pour la fixation de ce plancher de 5,5 x 3,6 m. Tant qu'à faire, j'en ai profité pour procéder à la pose de câbles divers (220 V, TV et hauts-parleurs).

06-07 Plancher

 

Voici le résultat après un ponçage et deux couches de vernis polyuréthane résistant aux griffes et à l'usure.

07-07 Plancher 1

 

Fichtre, se diront peut-être certains, quel luxe ! Bien sûr, ce plancher a un certain cachet et je compte bien ne pas l'esquinter en le protégeant par un tapis durant toute la phase des travaux jusqu'à finition du décor, une opération qui nécessite, comme chacun sait, l'utilisation de nombreux produits salissants.

 

Bon, je vais de ce pas réinstaller l'ancien tapis et reposer les pieds sous le réseau. Restera à nettoyer consciencieusement les voies existantes et vérifier soigneusement celles-ci. Je me suis aperçu en effet, comme je m'y attendais, qu'il s'est produit une certaine dilatation des rails dues aux périodes de fortes chaleurs survenues depuis la pose de ces voies. Cela a même provoqué, à certains joints, la disparition du jeu que j'avais intentionnellement donné à ceux-ci (de l'ordre de 1 à 1,5 mm par mètre). Je vais profiter du fait que la partie supérieure n'est pas encore posée pour procéder aux travaux de rectification de la voie.

 

 

Quoiqu'il en soit, une chose est certaine : mon plancher ne grince plus !

28/01/2007

01/2007-16 - Le début de la construction du réseau.

 10-04 Nettoyage local 2a

La propreté fait partie des tâches à accomplir.

 
Derrière moi, la future porte pour accéder à la suite du réseau.


 
10-04 Châssis réseau 4a

C'est parti ! Richard et Joseph s'y mettent avec entrain.

D'abord, côté murs, nous posons des demi-chevrons qui serviront à fixer le support en L. Cette disposition élimine la présence de pieds toujours gênants. Par contre, côté couloirs de circulation, il faudra bien que j'en pose. La menuiserie est une des nombreuses facettes du modélisme ferroviaire. En effet, celui-ci est une discipline assez exigeante car il nécessite des dispositions et des connaissances, ainsi que l'outillage adéquat, dans toute une série de domaines : menuiserie, électricité, électronique, assemblage de modèles réduits, peinture, pose de la voie, construction du paysage, patine des modèles et du décor, ... sans oublier un minimum de connaissances relatives aux chemins de fer réels, ce qui nous amène parfois à faire de "l'archéologie" ferroviaire. Mais, c'est passionnant !

01/2007-15 - Sans local, point de réseau !

 10-04 Aménagement local 2a

Ah ! On peut enfin attaquer la construction du réseau.

 

05-04 Aménagement local 3.JPG

Aménagement de la salle 1 en 2004. Mais un tagueur est déjà passé par là.

Voici la première salle en cours de finition. Le plancher est encore provisoire, l'électricité n'est pas encore posée, mais le plafond et les peintures vont bon train grâce à mes deux bons copains. Le mur de gauche est déjà prépercé pour donner accès au local suivant, mais pour l'heure, c'est encore l'air libre de l'autre côté. Patience ... 

D'aucuns pourraient penser que j'ai eu la chance d'acquérir un bâtiment tout prêt. En fait, j'ai acheté en 1984 deux maisons contiguës qui étaient plutôt dans un piteux état. Mes moyens financiers étaient limités et c'est le prix attractif de ces deux masures qui m'a permis de les acquérir. Restait évidemment à les restaurer. Cela m'a pris de longues années en fonction de mon temps disponible, de mon courage (souvent fléchissant !) et de ce qui constitue le nerf de la guerre, c'est-à-dire l'argent (pas toujours là quand on en a besoin !). Mais voilà, j'ai quand même fait avancer le "schmilblic" comme dirait Coluche. Actuellement, c'est la seconde maison, destinée à abriter notamment mon réseau, qui est en chantier. La salle 1 est terminée depuis 2004 et la salle 2 est en cours.